Présentations 2016

Communication organisationnelle : Écouter et faire parler (9 h 15 à 10 h 30)

Vincent Denault : Commission Charbonneau : quand plaidoirie rime avec ventriloquie

Le 9 novembre 2011, le gouvernement provincial a créé la Commission d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction (CEIC). Le 15 octobre 2012, après certaines révélations du témoin vedette Lino Zambito (Zambito), l’avocat du Parti libéral du Québec s’est présenté devant la CEIC afin de demander le statut de participant pour son client. Le 16 octobre 2012, l’avocat a fait valoir les arguments au soutien de sa demande.

 L’objectif de cette présentation orale est de montrer empiriquement comment une plaidoirie consiste à mettre en scène des figures que l’on tente de faire parler ou à qui l’on tente de faire dire des choses afin de créer un effet de décentrement typique d’une situation de ventriloquie, le tout afin de bâtir l’autorité de la plaidoirie. En effet, selon l’approche ventriloque de la communication (Cooren, 2010; 2015), lors d’une plaidoirie, un avocat mettrait en scène des figures (ex : énoncés, émotions, principes, règles) censées, elles-aussi, exprimer des choses sur la situation elle-même et, en particulier, sur la position qu’il défend : ce n’est pas seulement l’avocat qui tente de montrer, par ses réponses aux questions, qu’il a raison, ce sont aussi, et surtout, les figures qu’il mobilise implicitement ou explicitement dans son discours.

Ainsi, en continuité avec l’idée de polyphonie dans les discours judiciaires (Rubinson, 1996), nous mobiliserons l’approche ventriloque de la communication afin d’analyser la plaidoirie de l’avocat du Parti libéral du Québec du 16 octobre 2012 devant la CEIC.

Mots clefs : plaidoirie, ventriloquie, polyphonie, Commission Charbonneau

 

Lise Higham : Comment écoute-t-on en consultation publique? Typologie et analyse d’un processus

L’écoute est au cœur de différentes situations communicationnelles (Berger & al, 2008). Elle joue notamment un rôle central lors de consultations publiques réalisées par des organisations privées et gouvernementales au Québec. Et pourtant, l’écoute reste un phénomène peu étudié (Bickford, 1996; Lipari, 2014).

La présente communication résulte d’un travail de recherche visant à développer une typologie de l’écoute pour ensuite observer son processus pendant les interactions de groupe.

À cette fin, une analyse de conversation (Sacks, 1964) (ethnométhodologique) a été menée grâce à une double captation vidéo des orateurs et des auditeurs de la consultation publique sur l’implantation d’un centre de compostage dans un arrondissement à Montréal.

Cette analyse a permis de constater une disparité d’écoute entre les commissaires et les participants et de discerner certains processus d’écoute efficaces.

Les résultats obtenus proposent des directions à prendre pour améliorer d’une part le déroulement de consultations publiques mais aussi enrichir la quantité et la qualité des avis et informations énoncés par les intervenants (Husband, 2009).

J’ai depuis choisi d’élargir cette étude de deux manières pour ma thèse; premièrement en ouvrant le terrain sur des interactions entre organismes privés et parties-prenantes et deuxièmement en ajoutant un nouveau volet méthodologique. Je mènerai des interviews des différents acteurs pour comprendre comment eux-mêmes estiment à la fois être à l’écoute et être entendu.

Mots clefs : écoute, consultation publique, participation citoyenne, interaction

 

Régine Wagnac : Manières de faire parler : le cas de leaders militaires

En exposant les figures à l’œuvre dans les interactions de leaders des Forces armées canadiennes (FAC), ma proposition de recherche veut montrer tout ce qui anime ces acteurs. En anglais, le mot figure désigne les marionnettes que font parler (ou qu’animent) des ventriloques (Cooren, 2013). Une image qui a inspiré l’approche ventriloque de la communication mobilisée ici comme cadre théorique. Selon ce cadre, communiquer c’est : « (…) parler au nom de plusieurs choses différentes – appelées des figures – que l’on mobilise durant nos discussions » (Cooren, 2013, p. 197). Par exemple, des règles, des artefacts, des valeurs ou des identités. Des figures qui sont en fait plus que de simples pantins agis par l’homme, ils agissent aussi sur lui (Cooren, 2013). Alors, considérant l’argent, le temps et l’énergie investis pour préserver une « force unifiée et intégrée » au sein des FAC (Défense nationale, 2009, p. 20), je propose de voir les figures à l’œuvre dans les interactions de leaders militaires. Plus spécifiquement, les membres du rang supérieur, car ce sont des acteurs clés encore peu considérés par la communauté scientifique (Rondeau et Tanguay, 2013).

Mots clefs : figure, ventriloque, armée, profession

 

Communication politique : corps en mouvements : pouvoir et contre-pouvoir (10 h 45 à 12 h 00)

Clément Decault : Black Lives Matter : un mouvement contre-hégémonique?

Le mouvement Black Lives Matter est né en 2012 après l’assassinat d’un jeune noir états-unien de dix-sept ans par un citoyen vigile acquitté de son crime. Les multiples morts de noir(e)s étatsunien( nes) non armé(e)s lors d’altercations avec la police s’étant ensuivi ont entraîné la consolidation du mouvement et la cristallisation des voix indignées à travers les États-Unis. S’inspirant du mouvement afro-américain des droits civiques des années 60-70, et dans la continuité des luttes contre les inégalités sociales contemporaines, Black Lives Matter semble constituer une intervention idéologique et politique face aux inégalités raciales aux États-Unis. Le mouvement questionne la norme blanche (Ahmed, 2007; Cervulle, 2013) sous-jacente à l’histoire coloniale du pays et au racisme systémique prégnant dans la société états-unienne contemporaine, sans toutefois se limiter à un combat juridique.

Les revendications queer des trois femmes noires créatrices du mouvement, tout comme la multiplicité des enjeux mobilisés par le mouvement décentralisé et non hiérarchique, semblent inscrire ce dernier dans la continuité des discours anti-essentialistes et dans des relations de pouvoir contestant le processus historique hégémonique d’objectification naturalisante et organisante des corps (Ahmed, 2007; hooks, 2014). Le mouvement Black Lives Matter semble transgresser l’imagination essentialiste et normative de l’espace et les savoirs historiquement construits que les corps véhiculent (Massey,1991). Que se passe-t-il, en terme d’inégalités raciales, culturelles et politiques, si l’on cesse de concevoir l’espace comme une entité essentielle, naturelle et stable? De quelle manière le mouvement Black Lives Matter se situerait-il dans une reconfiguration du rapport à de multiples espaces, dans un affranchissement des conceptions d’un espace et de ses normes organisantes qui privilégient les trajectoires de certains groupes d’individus au détriment d’autres?

Mots clefs : blanchité, normes, postcolonialisme, pouvoir, espace(s)

 

Marie-Ève Vautrin-Nadeau : Pour l’amour du patrimoine immatériel : le jam trad, un dispositif de patrimonialisation

Depuis son adoption, en 2003, la Convention pour la sauvegarde du patrimoine immatériel de l’UNESCO a suscité l’intérêt de plusieurs chercheur.e.s sur la scène internationale. Définie comme « les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire […] que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent » (www.unesco.org), la notion de « patrimoine immatériel » reste néanmoins inexplorée en Occident (Smith et Akagawa, 2009).

Dans le cadre de ma présentation, j’interrogerai ladite notion à la lumière d’une démarche ethnographique multisite (Marcus, 1995) amorcée au courant de l’été 2015 au festival Mémoire et Racines, et fondée sur le principe de réflexivité de Hammersley et Atkinson (2007) et sur la notion de « savoir situé » de Haraway (1991b). En portant attention à l’un des dispositifs qui participe du déploiement des « arts traditionnels » (musique, chanson et danse traditionnelles) comme patrimoine(s) (Harrison, 2013), soit le jam trad, je mettrai en relief les actes par lesquelles les musiciens performent leur goût (Hennion, 2004), en s’appuyant, entre autres, sur d’autres acteurs, en procédant par ajustements. En mobilisant le concept de pouvoir de Foucault (1975, 1980), je traiterai des techniques et formes de connaissances qui participent de la patrimonialisation comme activité collective organisée et organisante. Ainsi, il sera l’occasion pour moi de traiter d’une portion de mon mémoire de maîtrise, à déposer en avril 2016.

Mots clefs : patrimonialisation, patrimoine immatériel, arts traditionnels, goût, pouvoir, réflexivité

 

Quand la communication définit la science « pure » (13 h 15 à 14 h 00)

Medy Krouk : Bricolage biologique à Montréal – Des ateliers D.I.Y. Biology – entre Écologie Médiatique et réappropriation du vivant

Cette présentation vise à comprendre l’émergence et le déploiement d’une science se voulant ouverte. Comprendre à travers une étude médiatique, un phénomène favorisant la formation de communautés où les pratiques scientifiques et la connaissance sur le vivant sont réappropriées dans des lieux physiquement situés.

La biologie de garage questionne dérange, arrange. La biologie de garage questionne la vie, la réalité du vivant, la réalité de la science, la réalité d’une chose qui nous touche, chacun d’entre nous. Des individus, se présentant eux-mêmes comme des Bio-hackers, se réunissent dans l’objectif d’expérimenter à leurs manières la biologie et le vivant. En dehors du cadre des laboratoires scientifiques institutionnels, ils bricolent, bidouillent, manipulent le vivant selon les moyens disponibles. Ils mettent au point des outils adapter à leurs besoins, selon leurs moyens, et tout cela autour d’une certaine vision du vivant. Le vivant est ici le centre de leurs activités, de leurs recherches, et de leurs projets, tout cela à travers la pratique du Hack. Le Hack, compris en tant que milieu, ou encore intermédiaire, est dans leur cas un moyen pour sortir d’une certaine institutionnalisation et ainsi requestionner les pratiques scientifiques, la diffusion du savoir scientifique et se « réapproprier » une réalité du vivant.

En quoi leur pratique est-elle innovante? Comment appréhender le vivant différemment? Comment innover dans une science dite objective? Que signifie vraiment la notion hack? Que signifie bidouiller? Faisons nous face à plus que des hacker? Faisons face à une autre manière d’appréhender la réalité? Une réalité subjective partagée au sein d’une même communauté qui se veut libre d’action mais qui n’a pas oublié de s’entendre sur un manifeste.

En août 2013 s’est formé le premier groupe de bricolage biologique de Montréal. Ce groupe, portant le nom de BricoBio, se veut un groupe de partage, offrant ainsi un espace pour le développement de projets D.I.Y. en biologie, mais aussi un lieu de partage de connaissance sur le vivant à travers la création de divers ateliers éducatifs ouverts à tous. À travers la présentation de trois ateliers ayant eu lieu à BricoBio, il sera intéressant de comprendre, en s’appuyant sur une approche écologique de la notion de media, comment ces lieux offre un soutient afin de mieux « bricoler », afin de trouver des alternatives à la fabrication d’objet (Microscope) ou encore dans la manipulation du vivant (atelier Genomicon). Cette présentation se veut donc un moyen d’approcher ce phénomène nouveau de Biologie de Garage, sous l’angle médiatique, et particulièrement en comprenant la notion de medium comme un milieu ou se s’échangent, se construisent, des discours soutenant des pratiques scientifiques non conventionnelles, mais aussi une réappropriation du vivant par les citoyens.

Mots clefs : BricoBio, biologie de garage, vivant, pratiques scientifiques non conventionnelles, media

 

Ricardo Vidal : L’atelier de fabrication numérique et la puissance d’agir des participants

Les ateliers de fabrication numérique en réseau (FabLabs, Makerspaces) se multiplient (Anderson, 2012). Ces lieux connectés permettent aux participants de fabriquer des objets à leurs besoins et à bas prix, et de partager leurs designs pour qu’ils puissent être adaptés ou reproduits librement dans d’autres ateliers autour de la planète (Gershenfeld, 2005). Ces pratiques s’insèrent ainsi dans la montée d’expériences coopératives de production des biens communs (objets et connaissances) (Dardot et Laval, 2014). Certains chercheurs et décideurs politiques perçoivent dans ces pratiques le germe d’une nouvelle économie, d’autres soulignent plutôt la possibilité d’une reconfiguration du même système dominant. Mon argument est que des formes de puissance d’agir personnelle et collective émergent de ces expériences à partir d’une réappropriation de la fabrication d’objets, de la production de connaissances communes et d’une revalorisation du travail manuel dans ces pratiques (cette fois-ci articulé au numérique). À cet égard, quelle puissance d’agir est possible pour les participants aux ateliers de fabrication numérique, issue de cette nouvelle formulation du travail manuel ? Comment s’articule le travail manuel au numérique dans ces ateliers ? Comment cette articulation peut-elle contribuer à la puissance d’agir des participants ? Dans ce contexte, comment les interactions interpersonnelles ou médiatisées contribuent-elles à cette puissance d’agir ?

Les pratiques de fabrication numérique évoquent la notion de puissance d’agir (potentia agendi) proposée par Spinoza (2014). Ce philosophe interprète les rapports entre l’individu et son milieu à partir des affects (affectus), notamment des sentiments et des effets qui réveillent, chez les individus et les collectifs, une disposition transformatrice, voire une puissance d’agir sur les structures sociales.

Mots clefs : atelier, fabrication numérique, open source hardware, bien commun, commons, makers, artisanat, DIY, peer-to-peer, FabLab

 

Négociation de la normativité genrée (14 h 05 à 14 h 50)

Tara Chanady : Analyse des enjeux d’hypervisibilité des représentations lesbiennes dans la culture populaire nord-américaine

Les médias de masse ont connu une explosion de la visibilité lesbienne dans les vingt dernières années. Le « token homosexual » est devenu partie intégrante de la plupart des émissions télévisées populaires, même celles adressées à un public très général (comme le soap américain Grey’s Anatomy). La sexualité lesbienne est également popularisée par des femmes hétérosexuelles dans l’industrie culturelle musicale (baiser de Madonna, Britney Spears et Christina Aguillera aux MTV VMA en 2003, chanson I kissed a girl de Katy Perry en 2008) et dans l’industrie du cinéma (Wild things, 1998, La vie d’Adèle, 2014). Ce phénomène s’avère problématique lorsqu’on considère la relative invisibilité sociale des lesbiennes, ainsi que la faible représentation de sujets lesbiens politiques, subversifs ou non conformes à des normes de genres (ex : identité butch), comparativement aux représentations lesbiennes hypersexualisées et hyperféminines. La sexualité lesbienne apparait ainsi prise dans une logique paradoxale d’hypervisibilité et d’invisibilité.

Comme explique Oliver Voirol, la visibilité médiatisée est de plus en plus nécessaire pour avoir accès au pouvoir dans la société contemporaine très « branchée ». Cette forme de visibilité, lorsqu’atteinte par des groupes minoritaires au prix d’une conformité aux catégories et aux discours acceptés par les médias dominants, leur confère une existence en leur permettant d’être vus et entendus (Voirol, 2005). Malgré les apports positifs de la représentation lesbienne populaire, il est important de se demander dans quel cadre ces représentations sont produites et/ou performées, pour qui et par qui, ainsi que quelles normes sont produites et reproduites par ces images. En effet, les représentations lesbiennes dans la culture télévisuelle populaire sont majoritairement féminines, jeunes, belles, relativement aisées, blanches et apolitiques, en plus d’être généralement jouées par des actrices hétérosexuelles. J’analyserai dans cette présentation les aspects problématiques des normes et les discours véhiculés par cet imaginaire populaire lesbien à partir de théories tirés des études culturelles et queer.

Mots clefs : représentation, culture populaire, sexualité, genre

 

Adrianne Gauvin-Sasseville : Christine and the Queens et la négociation des normes de genre et de la sexualité dans la musique populaire française

Mon mémoire adhère au champ des études culturelles et soulève des questions liées aux enjeux identitaires dans le contexte de la musique populaire française. Sous une méthodologie hybride, réunissant la sémiologie et les approches discursives, je souhaite mettre en relief un certain espace de négociation qui laisse place à de nouvelles identités à travers les manifestations médiatiques de l’artiste Christine and the Queens. L’étude des tensions dans les discours dominants et le traitement médiatique de l’artiste s’avère dès lors primordiale pour saisir tout l’appareil (De Lauretis, 2007) par lequel ce phénomène populaire propose des représentations particulières. Autrement dit, la musique populaire est ici considérée comme une « technologie de genre » (De Lauretis, 2007) où s’articulent des idéologies sur les identités normatives.

Il est intéressant de comprendre comment cette production culturelle intervient dans un discours singulier sur les normes de genre et de la sexualité en dépit de la manière dont on rapporte le phénomène dans les médias français. Ce faisant, cette étude culturelle de la formation Christine and the Queens s’inspire des traditions en étude de genre et de la théorie queer.

Les tensions entre contre-culture (Bennett, 2012), pour les influences tirées des communautés drag-queens, et culture hégémonique, pour la sonorité populaire de l’œuvre, semblent inhérentes à l’étude des discours en lien avec le genre et la sexualité. Opérant pour ainsi dire, deux schèmes de réflexion. D’une part, on retrouve cette idée de négociation des normes de genre et de la sexualité, d’autre part, on s’intéresse à la dichotomie culture alternative/culture populaire. Je souhaite, finalement, comprendre cette marge de manœuvre dans la musique populaire française, qui fait lieu à des sujets hors norme (transidentité) dans la formation Christine and the Queens. La musique populaire est ici perçue comme un ensemble de contestations et d’espaces progressistes (Bourcier, 2011) duquel émergent des identités multiples. De telle sorte que « les cultures de masse sont peut-être genrées, c’est-à-dire codées comme féminines de manière péjorative. Elles sont peut-être produites « par des hommes » qui se réservent le pouvoir économique, mais cela ne veut pas dire pour autant qu’elles ne comportent pas de zones de résistance » (ibid., 47).

Mots clefs : musique populaire, genre, identité, performativité, représentation, contre-culture, études culturelles, intersectionnalité

 

Journalisme et nouvelles technologies : enjeux et évolution (15 h 00 à 16 h 30)

Alexandre Kozminski : Journalisme constructif et augmentation du lectorat d’un site d’information

Le journalisme constructif peut-il faire augmenter le lectorat d’un journal ou d’un site Web d’information? Au cours des dernières années, des médias comme le Deseret News et le Seattle Times en ont fait l’expérience et ont établi un lien entre journalisme constructif, ou une de ses variantes, le journalisme de solutions, et hausse de leur lectorat. Le Huffington Post a suivi le mouvement et lancé, en 2015, « What’s Working », une section de son site qui ne contient que des nouvelles qui s’apparentent au journalisme constructif. Cette nouvelle approche journalistique intéresse aussi des chercheurs. Des études (Gyldensted, 2011; Mcyntire, 2015) ont démontré que le journalisme constructif a un impact positif sur l’état d’esprit des lecteurs. Cependant, aucune étude universitaire n’a démontré que ce type de journalisme influence positivement l’achalandage des sites d’actualité. C’est ce que ma recherche tentera de faire grâce à l’analyse de données statistiques émanant de sites de nouvelles.

Le journalisme constructif emploie des techniques de psychologie positive pour diffuser des nouvelles proposant, entre autres, des solutions à des problèmes sociaux. Cette approche, contrairement au journalisme conventionnel, évite la victimisation. Ce type de journalisme permet de voir la société comme un lieu où la collaboration peut prévaloir, ce qui ne l’empêche pas de couvrir des conflits, comme le fait le journalisme conventionnel. C’est la manière dont le journalisme constructif traite les conflits qui diffère, car il essaie de leur trouver des issues.

Dans le cadre de cette communication, je présenterai certains défis méthodologiques associés à ma recherche (difficulté d’accéder aux données d’audience des médias, établissement d’un plan d’échantillonnage adéquat) concernant l’analyse du flux d’information d’un site d’actualité.

Mots clefs : journalisme constructif, actualité, collaboration, lectorat, médias québécois 

 

Fare Teaha : L’insularité : un contexte particulier pour l’étude des usages des nouvelles technologies chez les adolescents

Ma présentation consistera à défendre l’idée qu’il existe un intérêt à mener des études sur l’usage des nouvelles technologies dans une société insulaire en prenant pour exemple l’ile de Raiatea en Polynésie française. Manifestement, on donnerait raison à Benoist (1986) et Peron (1997) qui définissent la vie insulaire comme étant caractérisée par son isolat et la petitesse de l’espace dans lequel il évolue. Cependant, les travaux d’Aubert de la Ruë (1956) et Bonniol (1986) affirment que les technologies possèdent la capacité de réduire l’isolement des peuples insulaires au reste du monde. Malgré tout, cette ouverture que permettent les médias traditionnels change-t-elle la dynamique sociale existant entre les iliens? Poirine et Moyrand ont, en 2001, ont conceptualisé les interactions interpersonnelles entre les individus de la manière suivante : les petites iles poussent à favoriser le développement d’un certain type de relation sociale qui provient de contraintes géographiques et sociales qui conditionnent les interactions. Pour Bambridge (2001), la télévision et la radio ont endossé un rôle de vecteur social grâce à une réappropriation des médias afin de répondre à des besoins bien particuliers au milieu des iles de la Polynésie française, mais bouleversent aussi la conceptualisation du polynésien de son identité et de sa culture. Désormais, les Polynésiens adoptent de plus en plus les nouveaux médias (Internet, téléphones intelligents, etc.). C’est ainsi que je présenterais, dans la dernière partie de ma présentation, le cadre théorique de mon étude, que sont les usages et gratifications, et j’y défendrais sa pertinence dans ma recherche.

Mots clefs : insularité, culture, identité, Polynésie française, nouvelles technologies, usages et gratifications, adolescents

 

Jean-Christophe Gaudet : Mission démocratique des médias : évolution morphologique et espace alloué aux textes d’opinion dans les quotidiens montréalais entre 1990 et 2015

L’objectif de cette recherche consistera à déterminer si, entre 1990 et 2015, les politiques éditoriales des organisations de presse ont évolué de manière à faire varier la répartition des textes d’opinion dans quatre quotidiens montréalais. Si le rôle des journalistes est d’informer les citoyens des nouvelles clés de l’actualité selon un idéal d’objectivité, est-ce que celui des chroniqueurs et autres producteurs d’opinion se résume seulement à offrir une vaste gamme de points de vue? C’est, entre autres, l’une des fonctions que nous retrouvons au sein de l’idéale mission démocratique des médias telle que présentée par Blumler et Gurevitch. Ces auteurs sont d’avis que, même si l’organisation médiatique cherche à intégrer les valeurs de ce concept, elle sera tout de même limitée puisqu’elle doit composer avec les réalités économiques et sociopolitiques auxquelles elle est assujettie. En procédant à une analyse de contenu qui s’inscrit dans les travaux à caractère historique de Jean de Bonville, je pourrai m’intéresser à la morphologie et au contenu des journaux Le Devoir, La Presse, Le Journal de Montréal et The Gazette. Ainsi, je pourrai vérifier mon hypothèse, à savoir que les textes d’opinion sont plus présents qu’auparavant. Afin de compléter cette démarche, je ferai aussi une série d’entrevues qui viendront expliquer cette variation, confirmée ou invalidée. Ces entrevues me permettront, entre autres, de déceler si l’arrivée d’Internet et la multiplication des blogues sur les sites Web des organisations médiatiques ont influencé les politiques éditoriales et, ainsi, la forme des quotidiens.

Mots clefs : médias québécois, mission démocratique des médias, pratiques éditoriales, textes d’opinion

Publicités